Cœur Marseille Web

cm-marseille.fr : Les meilleurs professionnels de Marseille

De la Bretagne à Marseille, la voie de l’alternance est ouverte aux futurs bouchers

En France, environ 72 000 postes de bouchers seront à pourvoir d’ici quelques temps. De ce fait, les écoles ont dû s’adapter aux nombreuses offres et aux multiples candidatures en élargissant leur panel de formations. 

Un métier d’avenir qui ouvre des portes vers votre voie professionnelle

Le secteur de l’agroalimentaire est un domaine qui recrute, et les écoles offrent aux jeunes la possibilité de les former. Pour accueillir un plus large public, les élèves habitant à Marseille par exemple, ont la possibilité d’être hébergés dans une famille d’accueil ou alors, louer une chambre meublée par des particuliers. L’école a tout mis en oeuvre pour que les futurs bouchers n’aient pas d’obstacles à franchir sur la route de l’avenir professionnel, mais par contre, ne peut rien faire contre le micro-climat breton. 

Les structures de l’école sont adaptées afin de les former aux diverses techniques du métier de boucher, comme la découpe de viande et autres. Ils apprendront aussi à reconnaître les différentes parties de l’animal pour offrir une meilleure qualité de viande, aux clients. Pour les élèves proches de l’établissement, la gare se trouve à 10 minutes du centre pour plus de praticité. 

Le contrat en alternance pour mieux se former au métier

Il est vrai que le métier de boucher a été longtemps boudé par les jeunes, mais aujourd’hui, grâce peut-être aux divers émissions culinaires, beaucoup d’entre eux se tournent vers ce secteur. En effet, certains apprécient le fait de pouvoir suivre cette voie par l’alternance, car il associe pratique et théorie. 

Les techniques et les connaissances du métier de boucher, seront acquises plus rapidement en apprenant directement au sein d’une entreprise. Il est possible de poursuivre la voie de l’alternance pour passer un CAP, un BP ou un BTS, ce qui en fait un avantage certain. Ce contrat est un contrat de travail qui donne droit à une rémunération mensuelle. Dès l’âge de 16 ans, il est possible de signer pour deux voire trois ans, selon certains cas. 

L’efficacité a un prix : la difficulté

Même si bon nombre d’employeurs privilégie d’embaucher un jeune quittant la voie de l’alternance car il est opérationnel de suite, ce contrat reste assez complexe à suivre. En effet, le fait de mêler les études et le travail, paraît au départ, insurmontable, mais la plupart des jeunes s’habitue au rythme. 

Il faut savoir que pour les élèves aimant bouger et ne se voyant pas rester en classe toute une journée, ce contrat est certainement fait pour eux. Pour une réussite dans les recherches d’employeurs susceptibles d’embaucher, il est conseillé de s’y prendre dès le mois de mars.

Quoiqu’il en soit, la formation dans l’école se passera au mieux et même si parfois le climat breton n’est pas au soleil, les élèves marseillais trouveront leur voie professionnelle et en feront une passion

Author: pierrick

Share This Post On